cinema-diamantsJe ne sais pas si les « Diamants sont éternels » mais ce qui est certain, c’est que cette année, James Bond a tout le temps de mourrir d’ennuie.  Mais si vous aimez les pierres précieuses et le cinéma, je vous propose une petite selection de pépites à découvrir ou redécouvrir lors de vos soirées de confinement à venir !

Pour les fans de cinéma, la situation actuelle est vraiment rageante. Les sorties de films sont sans cesse repoussées et c’est une frustration immense. Certains distributeurs hésitent à succomber à la tentation des plateformes de streaming mais quoi qu’il arrive, on ne pourra jamais remplacer une séance dans une bonne vieille salle de cinéma avec un grand écran !

Mais en attendant de pouvoir admirer le prochain James Bond ou le premier épisode de Kaamelott sur grand écran, il va falloir continuer à se faire des soirées ciné en pyjama chez soi.

Les diamants peuvent atteindre des sommes inestimables et sont des investissements réellement intéressants pour ceux qui souhaitent placer leur argent. Pour bien faire, il est néanmoins préférable de faire appel à des spécialistes comme ceux de HM-Finances.com

TOP 4 des films autours des diamants

« Diamonds Are Forever » (1971)

Sans doute l’un des épisodes de James Bond le plus connu de la saga. Ce film réalisé par George (Aussi réalisateur de Goldfinger) Hamilton est le 007ème de la série et il aurait pu ne jamais voir le jour après le bide total enregistré par la version proposé par le comédien George Lazenby.

Dans cet épisode, Sean Connery retrouve son personnage fétiche alors qu’il avait souhaité ne plus porter le smoking de 007 après On ne vit que deux fois. Ce sont les studios United Artists qui firent de nouveau appel à lui après l’échec de « Au service secret de sa Majesté ». Le comédien britannique accepta de reprendre le rôle moyennant 1,25 million de dollars, un pourcentage sur les bénéfices et la promesse de tenir la tête d’affiche d’au moins deux autres films.

« A la poursuite du diamant vert » (1984)

Voilà un film qui offre un grand spectacle made in Hollywood. La recette parfaite du succès avec de l’aventure, de la romance, des beaux décors et d’excellents acteurs portés par un Michael Douglas au meilleur de sa forme. Perso, je l’ai vu et revu à la télévision étant môme, un beau souvenir d’enfance.

Pour la petite anecdote, le titre français est une hérésie pour les spécialistes des pierres précieuses car il ne s’agit pas d’un diamant vert mais d’une émeraude. Le vrai titre en VO « Romancing the stone » est plus logique puisque le filme relate les péripéties d’une romancière qui part apporter une carte à sa soeur détenue en Colombie. Une carte qui se révèlera caché un trésor …

« Un poisson nommé Wanda » (1988)

Mondialement connu grâce à sa place au sein des Monty Python, John Cleese nous offre une comédié vraiment délirante avec « Un poisson nommé Wanda ». Il y incarne le personnage d’Archie. Il nous raconte l’histoire de George qui tente d’organiser un vol de diamants avec l’aide de ses acolytes : Ken l’ami des animaux qui bégaye, la sexy Wanda et Otto le psychopathe un peu stupide sur les bords.

Snatch (2000)

Un vrai petit bijou du septième art réalisé par le jeune Guy Ritchie avec Brad Pitt, Jason Statham et Benicio del Toro. Une comédie loufoque, ultra rythmée et parfaitement mis en scène.

L’histoire débute à Anvers où Franky « Quatre doigts » dérobe un diamant de 84 carats pour Avi, un mafieux new-yorkais. Franky doit le transmettre à Doug, un intermédiaire qui se trouve à Londres. Mais rien ne se passe comme prévu et les quiproquos s’enchaîne. Se mêle alors le destin de plusieurs mafieux, petits malfrats, tueurs à gage et autres gitans. Mickey, le boxeur gitan joué par Brad Pitt est un phénomène à lui tout seul. Le diamant passe de mains en mains, laissant quelques morts au passage et surtout un enchainement de scènes cultes.

Et vous, quels sont vos films préférés ?

Laisser un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.