Aller au contenu
cout par clic

Coût par Clic (CPC) : principe, intérêts et astuces

Dans la jungle des leviers de communication spécifiques au web, le CPC (ou Coût Par Clic) représente l’un des fondamentaux pour les annonceurs en recherche de trafic.

Le CPC : c’est quoi au juste ?

Le CC ou Coût par Clic reste l’un des modèles de tarification les plus couramment utilisés pour la publicité en ligne. Le modèle du CPC est basé sur le nombre de clics générés par une annonce publicitaire, ce qui signifie que l’annonceur ne paie que lorsque quelqu’un clique sur son annonce.

Le modèle du CPC est particulièrement populaire pour la publicité sur les moteurs de recherche, où les annonceurs peuvent placer des annonces ciblées qui s’affichent en haut des résultats de recherche en fonction de mots clés spécifiques. Les annonceurs paient alors pour chaque clic sur leur annonce.

Le modèle du CPC est également utilisé pour la publicité sur les réseaux sociaux, où les annonceurs peuvent cibler des publics spécifiques en fonction de leur profil démographique et de leurs intérêts. Les annonceurs peuvent alors payer pour chaque clic sur leur annonce ou pour un certain nombre d’impressions de leur annonce.

Bien que d’autres modèles de tarification, tels que le coût par impression (CPM) ou le coût par acquisition (CPA), soient également utilisés pour la publicité en ligne, le modèle du CPC reste très populaire en raison de sa simplicité et de sa transparence pour les annonceurs.

2 types de « clics » à distinguer

Quant on parle de CPC, il faut bien faire la distinction entre le « clic Google » et le « clic display ». Dans les deux cas vous payez à chaque fois qu’un clic est réalisé mais ce sont les supports qui sont totalement différents.

Le Clic Google ou SEM

Le « clic Google » est appelé SEM pour Search Engine Marketing et concerne l’achat de mots clés via Google afin d’apparaître, par exemple, dans la liste des « Liens commerciaux » à droite de votre écran lorsque vous faites des recherches sur Google.

A lire aussi :   Comment et pourquoi générer un QR Code pour communiquer ?

Le SEM représente la majeure partie des investissements publicitaires sur internet à l’heure actuelle.

Et ceci pour la simple et bonne raison que Google reste le moteur de recherche le plus utilisé au monde (Plus de 90% de parts de marché) et quand vous élaborez une campagne de marketing sur Google, vous touchez un vaste public déjà ciblé et déjà intéressé. De plus, il vous est également possible de choisir de façon précise la langue et la zone géographique dans laquelle diffuser vos annonces ainsi que les sites précis sur lesquels vous souhaitez apparaître.

La complexité de ce levier réside par contre sur les prix car il fonctionne sur un système d’enchères. Pas de tarifs fixes, ceux-ci fluctuent en fonction de la demande. L’astuce et le savoir faire des agences spécialisées en SEM consiste donc à trouver les combinaisons de mots-clés les plus pertinentes pour vous apporter des visites qualifiées tout en obtenant les prix au clic les plus bas possible.

Il est bon de savoir aussi que ce genre de campagnes peuvent être envisagées aussi bien au format texte qu’au format bannière animée.

Le clic display

Le « clic display » ou CPC, concerne la création de traffic via la diffusion de bannières sur un réseau de sites. C’est un service généralement proposer par des régies publicitaires en ligne ou alors par des sites offrant une très grosse audience.

Quelles sont les différences avec des campagnes Google ?

  • Tout d’abord, ce levier ne propose pas de système d’enchères. Les tarifs sont fixes et varient entre 0,10€ et 0,50€ net le clic.
  • Pas de liens textes ici, vous ne pouvez diffuser que des bannières animées.
  • Les espaces publicitaires concernés ne sont pas les mêmes en général et les régies imposent la plupart du temps que leurs bannières soient placées de manière optimum.
  • La performance est moins facilement contrôlable par rapport à une campagne Google, néanmoins, le CPC en display est d’avantage une alliance de campagne d’image et de trafic.

Ces deux leviers ne sont pas antagonistes, plutôt complémentaires.

En les associant , vous cherchez à faire du traffic en utilisant l’ensemble du potentiel de la « long tail » du web.

A lire aussi :   Comment concevoir un brand design efficace ?

Cependant, concernant le CPC en display, il existe quelques astuces à connaître pour éviter de faire face à de mauvaises surprises.

  1. Tout d’abord, il ne faut pas oublier que faire du clic correspond à communiquer sur un ensemble de sites (selon les régies, votre campagne peut être diffusée sur 200 à 2 000 sites) : dans la plupart des cas, vous ne pourrez donc pas choisir les précisément les sites qui diffuseront votre campagne.
  2. Certaines régies ou prestataires peuvent vous proposer de faire du ciblage pour votre campagne CPC. Personnellement, je le déconseille car celui-ci est très souvent peu respecté ou trop flou. De plus, n’oubliez pas que ce levier vous aide à créer du traffic, juste du traffic. Alors même si votre cœur de cible ce sont les « femmes de plus de 30 ans », dites vous que si votre message est clair et conçu pour cette cible, peut importe où vous serez diffusé … cette femme de plus de 30 ans cliqueras même si elle est en train de surfer sur un site d’annonces autos.
  3. Ensuite, plus vous ciblerez votre campagne au CPC, plus le tarif augmentera… et les prix peuvent grimper rapidement. Mon conseil consistes donc à partir de l’entonnoir le plus large possible avec le tarif le plus bas possible. Quoi qu’il arrive (et je le dis par expérience), le résultat sera de toute façon sensiblement le même.
  4. Certaines régies sont plus qualitatives que d’autres, alors pour éviter d’obtenir des clics « fantômes » je vous conseille de vous assurer que :
    1. La régie ne propose pas de clic de validation (ex : « Cliquez ici pour valider votre grille de loto »)
    2. La régie ne travaille pas avec des sites du type Eurobarre
    3. Sauf si la campagne le nécessite, demandez à éviter la diffusion sur les sites de jeux plus globalement
    4. Demandez un capping le plus serré possible ! (voir même demandé à faire du « clic unique », c’est-à-dire : un clic = un visiteur)

Le sujet est vaste et les offres continueront d’évoluer dans ce domaine car tant que des nouveaux sites se lanceront, ils auront toujours besoin de générer du traffic … le plus rapidement possible.

3 commentaires sur “Coût par Clic (CPC) : principe, intérêts et astuces”

  1. Retour de ping : Pourquoi un bon SEO peut booster votre boutique en ligne ?

  2. Retour de ping : WEBMARKETING : Top 5 des canaux marketing avec le plus fort ROI

  3. Retour de ping : Comment bien monétiser votre site ou votre blog ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.